AE

L’AE est un titre professionnel niveau 3, Animateur d’Equitation, permettant de travailler en tant que salarié dans un centre équestre pour enseigner l’équitation du galop 1 au galop 4 sous responsabilité d’un moniteur. Un titulaire de AE peut encadrer tous les publics, au club comme a l’extérieur.

Un formation ouvre le 22 février 2022 au 15 juillet 2022.
Merci de contacter Isabelle Meyer par mail a isabellemeyer@orange.fr

> COMPÉTENCES
__________________________________________________

  • Assurer l’accueil des différents publics et la promotion des activités et des animations d’un établissement équestre.
  • Participer à l’encadrement des activités équestres jusqu’aux premiers niveaux de compétition en assurant la sécurité
    des pratiquants, des tiers et des équidés
  • Assurer l’entretien des équidés et des infrastructures pour permettre leur utilisation en respectant les principes du
    bien-être animal, les règles d’hygiène et de sécurité et la réglementation en vigueur

> CONTENUS DE FORMATION
__________________________________________________

  • Les unités capitalisables (UC) de la formation sont fixées comme suit :
  • UC1 : Participer au fonctionnement et à l’entretien de la structure équestre
  • UC2 : Participer à l’animation et à l’encadrement des activités équestres en sécurité
  • UC3 : Mobiliser les techniques professionnelles permettant d’assurer le travail d’entretien, les soins et le bien-être de la cavalerie d’école

Prérequis pour entrer en formation :

  • Etre âgé de 16 ans minimum ;
  • Etre titulaire de l’attestation « prévention et secours civiques de niveau 1 » (PSC1) ou « attestation de formation
  • aux premiers secours » (AFPS)ou d’une attestation reconnue équivalente par la règlementation en vigueur ;
  • Présenter un certificat médical de non contre-indication à la pratique et à l’encadrement de l’équitation datant de
  • moins d’un an à la date de l’entrée en formation ;
  • Etre titulaire de l’un des diplômes suivant délivré par la FFE :
  • Cas général : Degré 1 ou Galop 6 de cavalier ou de pleine nature ;
  • Lorsque la formation se déroule en apprentissage : Degré 1 ou Galop 5 de cavalier ou de pleine nature.
  • Lorsque la formation se déroule en apprentissage sur une durée supérieure ou égale à 2 ans : Galop 3 de cavalier ou de pleine nature

Durée de la formation :

Le volume horaire global minimal de la formation est de 490 heures avant prise en compte des éventuelles adaptations individuelles prescrites à l’issue du positionnement.
La formation est organisée selon les modules de formation et les volumes horaires de base suivants:

  • Module 1 : Prise en charge des publics et encadrement des activités équestres – 240h
  • Module 2 : Maîtrise des techniques équestres – 100h
  • Module 3 : Soins et entretien des équidés et des infrastructures – 80h
  • Module 4 : Gestion des activités, environnement institutionnel et réglementaire – 70h

Pour un devis ou plus d’informations vous pouvez contacter Isabelle Meyer par mail : Isabellemeyer@orange.fr.
Formation éligible aux financements auprès des organismes, types : Pôle emploi, Fongecif, Conseil Régional, etc…

>SECTEUR D’ACTIVITE ET TYPE D’EMPLOI
__________________________________________________

Secteurs d’activités :

Concomitamment les professionnels de l’équitation se sont structurés autour d’institutions fortes que sont : 

  • la Fédération française d’équitation (FFE), troisième fédération olympique avec environ 2 000 000 de pratiquants et près de 650 000 licenciés au sein de 9 000 groupements sportifs. 
  • la Commission paritaire pour l’emploi dans les établissements équestres, qui réunit les socioprofessionnels employeurs (GHN,) et salariés (centrales syndicales salariées, représentatives). 
  • Diverses organisations périphériques qui remplissent des fonctions principalement en amont de la pratique dans les domaines de l’élevage et de la valorisation (SHF, CSCF, ANPS, …), du développement international (UNIC, …) ou de la coordination et du développement global de la filière (IFCE, FNC, …). 

Par son fort développement l’équitation et plus généralement les activités équestres sont devenues un véritable secteur économique dont le chiffre d’affaire est estimé à 1 milliard d’Euros (pour les seules activités d’équitation). En 2019, 20 % des adhérents de la FFE ont un statut associatif, 80 % sont des entreprises professionnelles relevant principalement du statut agricole. En 30 ans l’équitation a su s’imposer comme un outil au service des politiques publiques dans les domaines de l’éducation, du sport, des loisirs, du handicap, de l’insertion sociale mais également en matière d’emploi, de tourisme ou encore d’aménagement et d’animation de l’espace rural ou urbain.   Le marché de l’emploi est très dynamique et compte près de 37 000 actifs dans les poneys-clubs et centres équestres adhérents à la FFE, majoritairement à temps plein auxquels s’ajoutent 40 000 emplois générés autour de l’activité (alimentation, équipements, services …) ce qui fait de l’équitation le 1er employeur privé du monde sportif. Cette situation a d’ailleurs conduit à la création d’une convention collective dès 1975. L’emploi dans les établissements équestres se caractérise en premier lieu par un besoin de polyvalence afin de répondre à une demande très diversifiée. Les diplômés de ce secteur bénéficient d’une excellente insertion dans l’emploi (supérieure à 90 % un an après l’obtention de leur diplôme).  

Plus largement, les éducateurs en charge de l’encadrement des activités équestres sont l’un des principaux leviers du développement de l’équitation en France. A ce titre, ils doivent développer de nombreuses compétences pour répondre à cet enjeu  

Type d’emplois accessibles :
a) Appellation   

Le titulaire de la certification professionnelle animateur d’équitation est couramment appelé <animateur> ou <aide moniteur>.  

b) Champ et nature des interventions    

 L’animateur(trice) encadre tous les publics. Il exerce son activité sous l’autorité d’un titulaire d’une certification de niveau 4 ou supérieure permettant l’encadrement contre rémunération des activités équestres dans le respect du présent référentiel. Conformément à l’article L. 212-1 du Code du sport, il garantit notamment la sécurité des publics dont il a la charge ainsi que des tiers concernés. Il/elle exerce son métier, en équipe, en tant que salarié au sein d’entreprises, d’associations ou de services publics.   

La diversité des situations professionnelles propres aux activités équestres exige des compétences transversales pour assurer l’encadrement des différents modes de pratique en sécurité. D’une manière générale, et en garantissant la sécurité de tous, l’animateur(trice) d’équitation met en œuvre selon les consignes qui lui sont données un projet, des progressions, des séances :

  • d’animation équestre ;
  • de découverte et d’initiation des activités équestres jusqu’aux premiers niveaux de compétition ;
  • de découverte du rapport homme/cheval ;
  • de sensibilisation au développement durable et à la citoyenneté.

    Et il/elle participe :
  • au travail d’entretien de la cavalerie d’école à pied ou monté en vue de permettre sa bonne utilisation pour l’apprentissage de l’équitation ;
  • aux soins et à l’entretien de la cavalerie d’école;
  • à l’entretien et à la sécurisation du matériel et des infrastructures de la structure équestre;
  • à l’accueil des publics et à l’animation de la structure équestre ;
  • à la promotion des activités.      

c) Emplois visés

La certification professionnelle « animateur d’équitation » donne l’accès à l’emploi de catégorie 1 « animateur soigneur » dans la convention collective étendue du personnel des centres équestres.
Les emplois sont exercés à titre permanent, occasionnel ou saisonnier.     

d) Entreprises et structures concernées

 Les activités s’exercent au sein de toutes entreprises et structures, publiques ou privées.   

e) Statuts et situations fonctionnelles

 L’animateur(trice) relève principalement du statut de salarié.   

f) Autonomie et responsabilité

L’animateur(trice) exerce sous l’autorité d’un titulaire d’une certification de niveau 4 ou supérieur permettant l’encadrement des activités équestres et s’intègre au sein d’une équipe.   

g) Évolutions de carrière

Le poste peut principalement évoluer vers le métier de « moniteur d’équitation » après acquisition d’une certification de niveau 4 inscrite à l’annexe II-1 du code du sport. Il peut également évoluer après 3 ans d’expérience professionnelle vers le métier de « soigneur responsable d’écurie » classé en catégorie 2 de la convention collective des personnels des centres équestres. Plus généralement, le poste peut évoluer vers des fonctions supplémentaires telles que définies par convention collective des personnels des centres équestres.   Enfin, de la certification professionnelle « animateur d’équitation » peuvent évoluer vers des emplois connexes aux activités équestres dans les champs de l’élevage, du commerce de chevaux, de la vente de matériel, etc.   


Plus des informations sur la formation AE se trouve sur le site de la FFE
https://metiers.ffe.com/wp-content/uploads/2021/07/REGLEMENT_AE_20210701.pdf

Statistiques

Année d’obtention de la certificationNombre de certifiésNombre de certifiés à la suite d’un parcours vaeTaux d’insertion global à 6 mois en %Taux d’insertion dans le métier visé à 6 mois en %Taux d’insertion dans le métier visé à 2 ans en %
201881596%67%76%
201785283%57%59%